Vous êtes ici

Journée Mondiale de la Population

« 25 ans de la CIPD : Accélérer la promesse »

La Mauritanie a célébré le jeudi 11 Juillet 2019, la Journée Mondiale de la Population (JMP) sous le thème « 25 ans de la CIPD : Accélérer la promesse ». Organisée par le Ministère de l’Economie et des Finances, en partenariat avec l’UNFPA. L’événement est marqué par la présence de quatre secrétaires généraux des ministères clés du programme de coopération Mauritanie – UNFPA, du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, accompagné des représentants de l’OMS, de ONUSIDA, de la FAO et des ONGs nationales et internationales, de la société civile, d’organisations féminines, de réseaux de jeunes et d’un réseau de journalistes spécialisés en population et de développement.

Prononçant son allocation à l’ouverture des travaux, le Représentant de l’UNFPA, M. Saidou Kaboré a tenu à souligner que l’objectif visé à travers la célébration de la JMP est d’attirer l’attention des décideurs politiques sur l’importance des questions de population dans lespolitiques et les plans de développement des pays. 2019 est une année particulière pour l’UNFPA qui fête ses 50 ans et les 25 ans de mise en œuvre de la CIPD. Une occasion de marquer une pause, selon lui, pour évaluer le chemin parcouru et combler le manque constaté, en référence à l’agenda 2030 pour l’atteinte des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD).
Saluant au passage les progrès réalisés en Mauritanie depuis l’adoption du Plan d’Action du Caire, M. Kaboré a souligné que les indicateurs ont connu une baisse importante. La mortalité maternelle est passée de 930 à 582 décès pour 100.000 naissances vivantes entre 1990 et 2013, la prévalence contraceptive, de 4% en 1990 à 17% en 2015, les mutilations génitales féminines (MGF) de 71% en 2000 à 66,6% en 2015 et l’accroissement des accouchements assistés, de 40 à 69%.

Le Représentant a par ailleurs lu la déclaration de la Directrice Exécutive de l’UNFPA,Mme Natalia Kanem à l’occasion de la JMP. Il en a été retenu que l’UNFPA collabore avec des pays et des partenaires pour concrétiser la vision du monde présentée il y a 25 ans. L’objectif est clair, atteindre les trois résultats transformateurs « trois zéros » d’ici 2030 :

√ Zéro besoin non satisfait en termes de planification familiale ;
√ Zéro mortalité maternelle évitable ; et
√ Zéro violence sexiste et pratique nuisible, comme les mariages d’enfants et les
mutilations génitales féminines.

Il cite : « Pour cette Journée mondiale de la population, je demande à tous (États, société civile, communautés et personnes de tous les secteurs et milieux) d’être audacieux et courageux, d’agir pour le bien des femmes et des filles du monde entier et de mener à bien nos engagements du Caire. Inaugurons un monde où les promesses sont tenues et où tout le monde jouit de droits reproductifs et peut faire ses propres choix. Ce monde que nous voulons tous est à portée de main : nous devons nous rassembler à Nairobi et au-delà, avec des engagements concrets et bien plus de ressources, pour arriver à la destination fixée il y a 25 ans. Les femmes et les jeunes filles ne peuvent plus attendre. Les pays et les communautés ne peuvent plus attendre. Il est temps de tenir nos promesses et d’assurer la planification familiale »

A son tour, le Secrétaire général du MEF, M. Mohamed Ould Sid’Ahmed Ould Aida, a déclaré que la Mauritanie a pris part à la CIPD au Caire et a adopté en juin 1995 la première déclaration de politique nationale de population, réactualisée en 2005 puis en 2012, pour tenir compte de toutes les questions nationales et internationales en rapport avec la population, notamment le dividende démographique. Il a souligné qu’en 2018, un rapport national portant sur les 25 ans d’exécution du plan d’action de la CIPD a été élaboré, précisant que la déclaration d’Addis-Abeba sur la population et le développement a été aussi prise en compte dans la Stratégie Nationale de Croissance Accélérée et de Prospérité Partagée (SCAPP) 2016-2030. Il a par ailleurs affirmé la priorité accordée par la Mauritanie aux questions de population et de développement, notamment à travers les programmes du gouvernement, se basant sur la conviction que tout progrès dans les domaines en rapport avec la population se répercute positivement sur le processus de développement.

Les participants ont par ailleurs suivi deux exposés. Le premier intitulé, « Du Caire en 1994 à  Nairobi en 2019, 25 ans de mise en œuvre du Plan d’Action de la CIPD » est présenté par M. Brahim Vall Mohamed Lemine, Chargé de Programme Population et Développement. Le second, sur le « Bilan National de la CIPD + 25 », est présenté par M. Dah ould Khatar, chef de service à la Direction des Stratégies et Politiques au Ministère de l’Economie et des Finances et portait sur un comparatif entre les questions de population avant et après la CIPD du Caire, entre une vision disparate, sans coordination et pleins de tabous, marquée par de faibles indicateurs en matière de données statistiques et démographiques dans une société pro nataliste, réfractaire à l’espacement des naissances et où les mariages précoces étaient dominants et une vision cohérente des questions de population en tant que facteur central de tout développement économique et social. Ces exposés ont été suivis par les interventions des cadres de départements sectoriels pour évoquer les progrès réalisés au niveau de leurs institutions respectives par rapport au Plan d’Action du Caire, dans le domaine des affaires sociales, de l’enfance et de la famille, de la jeunesse, de la santé, de l’éducation.

L’UNFPA, en collaboration avec le Programme National de la santé de la Reproduction (PNSR) a assuré, parallèlement, la distribution de kits de Santé de la Reproduction. Il s’agit de kits 3 pour la prise en charge des cas de viols placés dans le camp des réfugiés à Mberra et de kits A6 pour les accouchements médicalisés placés dans 10 maternités des centres de santé des localités dans la zone d’intervention de l’UNFPA en Mauritanie.

Par ailleurs, deux ateliers de formation sur le dispositif minimum d’urgence (DMU) et la gestion clinique du viol ont été organisés par l’UNFPA en partenariat avec le Ministère de la santé au profit de 38 participants.