Vous êtes ici

La journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes : l’occasion du lancement de la Campagne contre le Cancer du Col de l’Utérus

La ville de Nouadhibou s’est parée de ses plus beaux atours pour accueillir la cérémonie marquant la célébration de la Journée Internationale de Lutte pour les droits des femmes, ce 8 mars 2021. Organisée par le Ministère des Affaires Sociales, de l’Enfance et de la Famille (MASEF), avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), la journée a été célébrée cette année sous le thème « Leadership féminin, pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 ».

L’ouverture a été marquée par la lecture de versets du Coran, la prestation de la troupe musicale des aveugles et la décoration de certaines personnes pour leur rôle dans la promotion des droits des femmes. Des actions lucratives ont également eu lieu, telle la distribution de prix à 10 filles lauréates de Nouadhibou. Ou encore la remise de subventions aux 21 jardins d’enfants privés qui accueillent 416 enfants issus de familles pauvres, et la remise d’un financement au profit d’un projet collectif promu par des femmes handicapées à Nouadhibou.

Les évènements phares de cette journée restent cependant le lancement de la campagne de sensibilisation autour de la vaccination contre les HPV, le cancer du col de l’utérus, et les échanges de discours officiels entre la ministre des Affaires Sociales, le Représentant résident de l’UNFPA et le maire de Nouadhibou.

Prémunir les filles de 9 à 14 ans contre le cancer du col de l'utérus : « La Mauritanie fait partie des 100 pays au monde qui offrent le vaccin contre le Papillomavirus Humain (HPV) » a expliqué Vatimetou Moulaye du Ministère de la Santé au cours d’un exposé largement suivi. Selon elle, le cancer du col de l’utérus frappe 22,8% de femmes en Mauritanie, à côté du cancer du sein (18%), le cancer de l’endomètre (7%) et le cancer de l’ovaire et de la peau. « Il est l’une des principales causes de décès des femmes chez nous » a-t-elle poursuivi. 

Le vaccin, dont la campagne de sensibilisation vient d’être lancée, cible les filles de 9 à 14 ans, à raison de deux doses à intervalle de six mois. Un comité de pilotage composé du Ministère de la Santé, le MASEF, le ministère de l’Education Nationale et le ministère des Affaires Islamiques, est déjà sur pieds pour superviser la campagne de vaccination. Son démarrage est fixé au 29 mars 2021. Les partenaires techniques et financiers d’accompagnement sont l’OMS, l’UNFPA et l’UNICEF.

Leadership des femmes en période Covid-19 : Ouvrant les activités commémorant la journée, la Ministre des Affaires Sociales, Mme Naha Mint Haroune Ould Cheikh Sidiya, a tenu à souligner le rôle central que jouent les femmes dans le développement. Ce rôle a été davantage valorisé, selon elle, par la place centrale que lui donne le chef de l’Etat dans ses deux programmes, « Mes Engagements » et « Mon Programme Elargi », mais surtout dans son tweet datant du 7 mars.

Elle a par la suite cité une longue liste de réalisations de son département, dans le domaine de la petite enfance, des handicapés, de l’appui social, de la formation, de financements de groupements féminins et d’activités génératrices de revenus. Le tout pour la bagatelle de plus d’un milliard d’anciennes ouguiyas au profit de 600 coopératives féminines, 2.000 handicapées, 10.000 familles pauvres, 150 jardins d’enfants et 530 filles en formation professionnelle. Sur le plan institutionnel, elle a cité la création de plusieurs plateformes, dont dix plateformes multisectorielles de lutte contre les violences basées sur le genre, la création d’un Observatoire des femmes et de la Banque de la Famille. Elle s’est félicité de la participation politique des femmes, avec 20% de quota à l’Assemblée Nationale et 35% dans les conseils municipaux.

Auparavant, le Représentant résident de l’UNFPA en Mauritanie, SEM. Saidou Kaboré avait mis l’accent sur le rôle des femmes dirigeantes de Mauritanie qui « ont œuvré efficacement dans la réponse à la pandémie Covid-19 ». Cette édition célèbre, selon lui, les incroyables efforts déployés par les femmes et les filles pour façonner un futur plus égalitaire suite à cette crise sanitaire. « Les femmes dirigeantes ont fait montre historiquement de leur compétence et de leur efficacité, et cela s’est confirmé face à la Covid-19 » a-t-il insisté. Il a donné en exemple, l’Association mauritanienne pour la santé de la mère et de l’enfant et l’Association mauritanienne pour la promotion de la famille, parmi d’autres organisations de femmes qui ont contribué à la promotion et à la protection des droits des femmes en Mauritanie.

SEM. Saidou Kaboré a salué les efforts du gouvernement mauritanien pour « avoir mis en priorité l’autonomisation des femmes, y inclus la promotion de l’entreprenariat féminin dans son plan national de lutte contre la Covid-19 », citant le discours du Président Ghazouani lors de son investiture.

Le Maire de Nouadhibou, El Ghassem Ould Bellal, s’est félicité pour sa part du choix porté sur sa ville pour abriter la célébration cette année de la fête internationale de la femme. Il a salué cet exemple de coopération entre les autorités centrales et les entités décentralisées, mettant en exergue la vision de la nouvelle ministre des Affaires Sociales. Celle-ci n’a pas hésité, selon lui, à apporter un appui fort aux jardins d’enfants et aux associations d’handicapés que la mairie de Nouadhibou